Poésie et Mer

Bienvenue sur notre site Web

13/05/2019

Bonjour à tous,


Décidément, depuis quelque temps, l’actualité souvent tragique me renvoie à l’expression de mes convictions qui me dictent dans le respect et la compassion du cœur, le devoir, le besoin légitime de rendre compte dans mes humbles écrits, de la tristesse, que je ressens,   devant l’infortune, l’adversité qui touchent certain d’entre nous, frappé de plein fouet.

Aujourd’hui, c’est de deux militaires, dont je veux vous parler.

Des inconnus pour la plupart d’entre nous. Ils ont cependant   donné leur vie sans hésiter   pour sauver des otages en grand danger.

C’est justice de leur rendre hommage, car trop de gens indifférents au dévouement, au courage, à l’abnégation de ses hommes, ignorent ces qualités qui pourtant sont le ciment de notre société.




_______________________________________________________________


17/04/2019   

Bonjour à tous,

 

Il m’était impossible de rester impassible devant l’ampleur du désastre qui a frappé Notre-Dame.

Ce petit texte est ma contribution à la prière de tout un peuple.


Notre-Dame de Paris


C’est le crépitement, d’une Dame qui saigne,

Dévorée par un feu, cruel, qui la meurtrit ;

Son cœur, son pauvre cœur, que la mort imprègne,

Absorbe cet enfer au milieu de Paris


Ce lieu est ma maison, cette Dame, ma mère,

Mon histoire à travers mille générations ;

Je ne suis pas dévot, mais pourtant, sa lumière,

Est la source, l’esprit, de mes inspirations.


Mais Pâque,  jour d’espoir, force à la piété,

Car nul ne peut briser, l’amour et son symbole,

Des cendres renaîtront son lustre, et sa beauté

Qui fit la majesté de sa sainte auréole.



______________________________________________________________



2 février 2019
   

Bonjour,


 Ma vie a été jalonnée de nombreux amis peintres maritimes, aux multiples talents, qui m’ont inspiré à la faveur de leur œuvre, d’humbles poèmes pleins d’embruns.


Le premier d’entre eux fut le peintre Robert Dyens, que j’ai connu en 1987 à la faveur d’une rencontre professionnelle, dans le monde des expositions. Notre amitié fut instantanée et se prolongea jusqu'à sa mort. 


Il avait eu le grand honneur d’embarquer sur le « Jean Bart » un navire de la Marine nationale, en qualité de peintre honoraire. 

C’était un artiste discret, prolifique et sensible, malheureusement méconnu en son temps. Que ce petit hommage puisse lui rendre justice et le placer aujourd’hui à sa juste valeur

       


A mon ami Robert DYENS,


Ah ! Mon pauvre Robert, je me souviens du temps,       

Où chargé de peinture, tu peignais ardemment,            

Un nouveau paysage insolent de beauté,

Où les bleus cristallins étaient fluides à brosser.


Ta toile s’animait de ce nouveau défi,

Chargée de tes visions et de tes rêveries,

Et tes pinceaux séchés, portaient déjà sans l’eau,

La vague cadencée et les plis des bateaux.


Tu peignais sur le vif, en embrassant la mer,

Appliquant tes couleurs, en effleurant l’éther,

Et tes nuages bas, ballonnés de candeur,

Gonflaient dans les effets de tes tons et valeurs.


Ton dieu de la marine brillait de tous les vents,

Ton égérie, la mer, de tous les éléments,

Et ton paradis bleu entouré d’une lice,

Était ton atelier, fidèle et complice. 


Nous avions espéré, planter nos chevalets,

Pouvoir dessiner et peindre sur le fait,

Ces harmonieuses touches, de marine et de cyan,

Qui ondulent le flot et l’emportent sciemment.


Puis le temps a passé, et ruiné nos projets,

Je peins seul à présent, de tacites sujets,

Et me prends à rêver au fond de tes tableaux,

Qui voguent sur mes murs et se rient de mes maux.


Mais quant à la lumière, j’irai m’évaporer,

Chargé de mille brosses et de cartons légers,

Tu seras dans la nue avec ton matériel,

M’invitant à y peindre de fumeuses aquarelles.